• - Victoire dans le Derby Ama 4 au Meeting des Propriétaires !

    (photo : Maindru)
     

    A Lamotte, pour le Meeting des Propriétaires, je ne pouvais m'engager qu'en Derby et, encore cela n'a pas été simple... Mais en tout cas, ça nous a bien réussi avec Rafale car j'ai été la seule sans-faute dans le temps !

    Ma sœur n'ayant pu venir à Lamotte avec son cheval au début des vacances, mes parents avaient pensé qu'elle pourrait l'engager au Meeting. Ils souhaitaient aussi que je puisse faire une épreuve mais je n'avais pas eu la possibilité de me qualifier avec un poney ou un autre...  Il ne restait que le Derby que je pouvais envisager avec Rafale car cela ne demandait pas de qualification. On ne savait pas trop comment cela se passerait. Maman n'a pas vu qu'il y avait des catégories Club en Derby et elle voulait me mettre en Ama 4, une catégorie qui était ouverte aux licences club, c'était bon pour moi. Ça n'a pas été facile de faire l'engagement car Maman avait fait changer le nom du responsable du centre équestre et ça lui avait bloqué la connexion FFE... Heureusement, Lucie a pu m'engager à la toute dernière minute, je ferais donc le Derby sous les couleurs de Jaléhone !  

    Quelques jours après l'engagement, la Fédé appelait Lucie et contractait aussi Maman pour dire que mon engagement n'était pas valable car je n'avais que le Galop 5... Je devais passer le 6 la veille de partir à Lamotte avec Thomas, il fallait pas que je me loupe...

    On est donc parti mardi en fin d'après-midi après mon examen mais je ne devais passer seulement que le samedi. Louise, elle, avait son dressage de la Club 1 dès le mercredi matin.

    J'ai pu sortir Rafale tous les jours en attendant : je l'ai bien faite marcher le mercredi soir après la reco du cross de Louise, en compagnie de Vidoc ; le jeudi, je l'ai travaillée plus sérieusement sous les conseils de ma sœur.

    Le vendredi pareil, en la galopant un peu plus pour la forcer à mieux m'écouter et à revenir, pour éviter qu'elle me trimbale le lendemain. On ne savait pas si le Derby se déroulerait sur le cross ou bien sur l'emplacement des pony-games.

    Le soir, il y avait un briefing pour les Derby qui allaient donc tous passer le samedi.  C'était Emmanuel qui le faisait comme pour un cross normal. C'était donc bien sur le cross avec départ dans la boîte, des obstacles de cross mais surtout des barres placées tout au long du parcours. Les barres ou les refus comptaient 4 points mais il y avait un temps donné comme en cross. Ça voulait dire que tous les sans-faute seraient départagés par le temps, il faudrait être le plus proche du chrono idéal, 2.23.

    Sauf qu'il n'y avait pas de minutes marquées sur le parcours. Quelqu'un a demandé alors si on pouvait donc partir sans avoir de chrono et Emmanuel a répondu : « il y en a qui ont essayé... ! »  Il a rajouté qu'on pouvait tout à fait métrer le parcours si on voulait. Maman a dit que j'avais une sacrée carte à jouer parce que j'étais habituée à gérer mon temps alors qu'il y aurait beaucoup de cavaliers de CSO qui allaient participer et qui ne faisaient jamais ça.



    Laëtitia était rentrée à son gîte et j'ai donc fait une première reco avec Maman. Je la referais samedi matin avec ma coach. Le 1, c'était un vertical au niveau des 1 de cross avec un petit obstacle fixe en dessous. Le 2 pareil un peu plus gros. Le 3, c'était juste l'entrée de gué mais il faudrait bien passer entre les deux poteaux. Le 4, c'était un oxer de barres à côté de l'œil de la Fédé. Le 5, un petit trou. Le 6, le contre-haut que j'avais eu en Poney 1 au Générali. On passait par le pont pour entrer dans le second gué, monter sur la butte où il y avait un vertical pour le premier obstacle du 8A et le B était une autre barre juste à la sortie du gué (surtout ne pas oublier le 8 !  Lol !). On se serait cru sur un exercice d'un stage de Manu !  Petit tour vers le fond du cross pour un oxer. Montée sur la petite butte et retour vers l'arrivée avec un double contrebas-directionnel à prendre de biais (encore un exercice à Manu !) Un vertical après descente et remontée d'un fossé. Directionnel oxer et puis, le dernier, un oxer bleu-blanc-rouge après un autre fossé. Il n'y avait pas beaucoup d'obstacles de cross mais c'était un sacré bon entraînement pour travailler l'équilibre des chevaux !

    Après avoir fait la reco, Maman m'a répété que j'avais des sacrées chances de bien faire dans cette épreuve après tout le travail que j'avais fait avec Emmanuel au stage de Jau-Dignac et qu'il faudrait vraiment faire attention au temps. Avec le plan, elle a calculé que c'était du 400m/min, soit le rythme que j'avais eu toute l'année en Poney 1/Elite mais, par contre, pas avec Rafale. Avec un fil, elle est repassée sur le tracé du plan et a vu que la 1ère minute devait être à peu près au niveau du 6 ; que, sur le pont, je devrais être à la mi-parcours, soit à 1.12 et que la 2e minute serait après le 10.

    Le lendemain matin, j'ai donc refait la reco avec Laëtitia. Il fallait bien que je rééquilibre la ponette avant chaque obstacle mais éviter aussi qu'elle se meure devant !  Sinon, pour les minutes qu'on avait envisagées, elle était d'accord.

    Après, on est allé à la carrière 7 pour le CSO de Louise. J'ai tenu Vidoc pendant qu'elle faisait sa reco puis je suis allée l'aider à détendre car Laëtitia devait rester avec ses cavalières de CSO. Ça s'est bien passé pour ma sœur qui a fait sans-faute et qui a terminé 2e de la Club 1. Elle irait sur le podium juste après mon Derby !  


    J'ai préparé Rafale et, en la cramponnant, on s'est dit avec Louise que j'allais sans doute perdre un fer à l'arrière (toujours ses problèmes de ferrage...)  Mais Laëtitia a dit que ce n'était pas grave puisque c'était sur un postérieur.

     

    Je suis allée à la pré-détente, je passais 11e sur 14. Ils en passaient plusieurs en détente en même temps. Sur le tour, c'était la cata, il n'y avait pas de sans-faute ! 

    Pas beaucoup de monde ne respectait non plus le chrono. Après avoir longtemps trotté, Rafale était contente de galoper et elle me trimbalait un peu. J'essayais donc de venir tout doucement sur les obstacles. Laëtitia m'a dit d'avancer plus mais de m'asseoir devant les obstacles pour la recaler et, de toute façon de toujours m'asseoir pour ralentir.

    Au moment où je devais y aller, y a une fille qui m'a doublée. En fait, elle était en retard pour son tour donc elle voulait se rattraper. Du coup, Rafale chauffait un peu, elle voulait y aller. En plus, la fille a fait tomber plein de barres et ça a pris du temps pour les remettre. Laëtitia n'était pas contente après elle... Il n'y avait toujours pas de sans-faute... Ma coach a demandé : « Est ce qu'elle peut partir tout de suite car la jument est chaude comme de la braise ! »  J'ai traversé la boîte de départ au pas et, dès que j'ai passé la ligne, je suis partie.

    (photo : Maindru)

    Un, bien. Deux, un petit peu vite mais bien. Pour le 3, l'entrée du gué, j'ai ralenti pour ne pas me faire avoir et me faire éliminer comme une cavalière avant moi. Le 4, elle l'a touché, attention !  J'ai entendu un gros bruit comme si elle perdait son fer, je me suis retournée (chut, faut pas !). Non. En plus, la barre n'était pas tombée. Le 5, le trou, Rafale ne l'a même pas vu !  Contre-haut, bien, j'étais aussi à la bonne minute. Pareil pour le passage sur le pont, à peu près à 1.15. Sept A - 7B au second gué, bien (vive les stages de Manu !).

    (photo : Maindru)

    Même si la jument commençait un peu à me trimbaler. Le 8 un peu vite. Je l'ai bien ralentie pour qu'elle ne dérobe pas le directionnel après le contrebas. Elle m'a quand même sauté le contrebas et j'ai eu du mal à assumer ma réception. J'avais même pas une foulée avant le directionnel. Ouf, passé !  Et, pour le retour vers l'arrivée, difficile de la retenir !  Le premier obstacle derrière un fossé s'est bien passé. J'ai regardé mon chrono, j'étais bientôt à la 2e minute donc ça allait.

    (photo : Maindru)

    Le 11, bien et, pour le 12, j'ai un peu abandonné l'idée de la ralentir comme je n'avais plus à chercher trop le temps idéal. Sauf que, du coup, le fossé, Raf l'a sauté au lieu de descendre et monter et elle s'est lancée dans le 12. Heureusement qu'elle est très respectueuse et que ce n'était pas haut, elle l'a touché mais rien n'est tombé !  Sans-faute et dans le temps !!!  Il en restait 3 derrière moi, j'avais des chances pour le podium !  

    (photo : Maindru)

    J'ai mouillé la jument au seau car elle avait quand même eu chaud puis je l'ai rentrée pour retrouver ma soeur qui était partie préparer sa remise des prix. Laëtitia et Maman sont restées pour voir l'évolution du classement.

    (photo : Maindru)

    Après moi, il y a eu une autre cavalière sans-faute mais qui n'est pas entrée dans le temps. Je suis donc restée la seule à zéro point et ait remporté l'épreuve !

    Dans la carrière des honneurs, je suis allée tenir Vidoc pendant que Louise est montée sur le podium. On est rentré aux boxes, j'ai préparé mes affaires pour ma remise des prix. J'ai aidé Louise à remettre de l'eau aux chevaux et, quand on a ramené le seau, Rafale avait fait tomber et piétiner mon pantalon blanc propre et ma petite chemise rose que j'avais ramenées pour être toute belle pour la remise des prix... Dans le fumier... Dégoûtée. Heureusement que j'avais encore un autre pantalon de rechange !  Et j'ai dû garder ma veste. Mais tous les autres en portaient une aussi malgré la chaleur.


    On est donc revenu aux honneurs un peu plus tard. Ma cérémonie a été plus courte car mon épreuve (qui se joue juste sur une journée) n'est pas considérée comme un vrai championnat de France. Je suis donc restée seulement à cheval pendant qu'on m'a donné une plaque, un flot et un beau tapis Lamotte !


    Laëtitia a quand même pu venir pour la photo avec le président de notre jury. Après, on a eu droit de faire des tours d'honneur et Rafale était très heureuse car elle était la première, donc elle ne chauffait pas derrière les autres !

    (photo : Maindru)

    C'était sympa et ma coach a dit que c'était bien que je sois récompensée après tous mes efforts de l'année qui ne l'avaient pas été en juillet. Elle a rajouté qu'heureusement qu'on était là, avec ma sœur, pour valoriser son travail parce que ses cavalières n'avaient pas répondu présentes !

    (photo : Maindru)


    On avait reçu, avec Louise, une invitation pour aller faire une interview sur le stand FFE. On y est donc passé avant de partir pour pouvoir noter tout ce qui nous était arrivé depuis quatre jours. Peut être qu'on aura un article dans les journaux de notre région.

     

    On est donc reparti un peu plus tard que prévu. Il était 21h30 quand on a crevé avec le camion. Heureusement, c'était à 15km du club et Papa a pu venir nous aider. Il est arrivé avec un van pour qu'on puisse ramener les chevaux pendant qu'il changeait la roue. Pas du tout inquiets les chevaux de descendre en pleine nuit sur la route !

     



    Et le lendemain, on avait le « dernier jour du club » : Thomas avait organisé une belle journée avec un équifun, un hunter et deux CSO. Mais ça, c'est une autre histoire !


    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :